Par convention, on a longtemps classé les cheveux humains en trois sous-groupes ethniques : africains, asiatiques, caucasiens. Mais une classification aussi simpliste ne rend compte que difficilement de la complexité biologique humaine qui résulte de mouvements de populations passés ou récents. Récemment, notre groupe a mené une étude dont le but était double :
- Définir les types de cheveux selon des critères de forme spécifiques à travers des mesures simples et objectives relevées auprès de 1442 sujets issus de 18 pays
- Pouvoir caractériser ces types de cheveux sans avoir recours aux ethnies humaines.
Ainsi, le Principes de la classification est simple : caractériser précisément un cheveu droit ou bouclé permet une approche plus objective que la classification ethnique actuelle. Facile à utiliser, la méthode proposée ne requiert que la mesure de simples descripteurs de la forme : le diamètre de courbure, l'indice de bouclage, le nombre d'ondulations et le nombre de twists.Cette méthode aboutit à une classification des cheveux mondiale cohérente, en 8 catégories très bien définies. Les nouvelles catégories sont plus appropriées et plus justes que les standards habituels de la cosmétique ou de la médecine légale.
Elles permettent de s'affranchir d'une référence infondée à l'origine ethnique.Cette méthode devient dès lors aussi digne d'intérêt que celle des phototypes pour la couleur de la peau. Elle permet une nouvelle lecture des métissages. Au-delà, on constate que la diversité des formes de cheveux reflète la variété des possibles tout autour de la Terre et qu'elle retrace fidèlement migrations des populations passées ou récentes. La forme des cheveux apparaît désormais comme un trait descriptif quantitatif et continu de l'Homme, au même titre que l'intensité de la couleur de sa peau ou que sa stature : les variations de forme, inter et intra populations, sont graduelles au sein des continents. Elles suivent les déplacements préhistoriques d'Homo sapiens depuis 100000 ans, puis l'histoire des migrations.




Le cuir chevelu produit naturellement des cellules mortes, c'est tout à fait normal. Sur un cuir chevelu en bonne santé, de nouvelles cellules apparaissent tout le temps et la chute des cellules mortes passe donc inaperçue. Les pellicules correspondent à une activation anormale des cellules dermiques du cuir chevelu et à leur expulsion par "desquamation". Cette hyperactivité peut également occasioner sécheresse et irritation du cuir chevelu.